La sélection du mois

La sélection du mois - juin 2017

Avec le mois de juin, les vacances se rapprochent ! Nous vous proposons de voyager avec la littérature francophone.

Musique :

La playlist pour voyager dans les contrées françaises !

Romans :

  • CAVIGLIOLI François, Un voyage en France, 1981
  • CENDRARS Blaise, Bourlinguer, 1948 : "Si Blaise Cendrars n’a pas inventé ce terme de marine, il lui a donné ses lettres de noblesse. Onze chapitres aux noms de ports pour chanter le départ et l’ouverture aux autres, de l’enfance napolitaine aux quais de la Seine. Onze chapitres pour tresser récits, aventures et lectures, de la mort tragique d’Elena à une rixe inoubliable, en passant par le bombardement de Hambourg et les tribulations d’une caravane dans les Andes" Source
  • LANZMANN Jacques, Le lama bleu, 1983 : "Tour à tour déconcertant, tragique, tendre... les émotions gravissent la Cordillère des Andes, où se situe l’histoire, et rejoignent le Lama bleu à Huacarama." Source
  • LETESSIER Dorothée, Le voyage à Paimpol, 1980 : "Maryvonne est lasse de sa vie à l’usine, lasse de sa vie de famille. Elle laisse un mot sur la table et prend le car de Paimpol. Deux jours à elle, deux jours de réflexion." Source
  • LEVY Marc, L’étrange voyage de monsieur Daldry, 2011 : "Londres, 1950. Alice mène une existence tranquille, entre son travail, qui la passionne, et sa bande d’amis, tous artistes à leurs heures. Pourtant, la veille de Noël, sa vie va être bouleversée par une voyante qui lui prédit un mystérieux avenir. Alice n’a jamais cru à la voyance, mais elle n’arrive pas à chasser ces paroles de son esprit. Son voisin de palier, Monsieur Daldry la persuade de prendre au sérieux la prédiction de la voyante et de retrouver les six personnes qui la mèneront vers son destin. De Londres à Istanbul, il décide de l’accompagner dans un étrange voyage…" Source
  • VOLTAIRE, Candide, 1759 : "Candide vit au château du Baron de Thunder-ten-tronckh. Il est amoureux de la fille de ce dernier, Cunégonde, et entretient de bons termes avec le précepteur, Pangloss, philosophe à la langue trop pendue, défenseur d’un optimisme béat. Le Baron, en apprenant les sentiments que Candide nourrit pour sa fille, le chasse de ses terres. Ainsi va commencer une suite interminable de malheurs qui infirmeront définitivement la devise de Pangloss (« tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles »)" Source

Poésie :

  • CENDRARS Blaise, La prose du Transsibérien, 1913